Comment faire s’endormir bébé (et les enfants aussi)?

S’il y a une difficulté à laquelle la plupart des jeunes parents doivent faire face plus ou moins régulièrement (on est pas tous égaux dans ce domaine) c’est un bébé, ou aussi un enfant, qui à des difficultés à s’endormir seul dans son lit.

Si vous êtes jeune parent, il vous est probablement déjà arriver de passer votre début de soirée à bercer bébé dans vos bras, à lui chanter une berceuse, à lui faire des caresses ou à essayer de l’endormir près de vous. Lorsque c’est épisodique, de n’est pas toujours un moment facile, lorsque c’est régulier, ça peut vite devenir un cauchemar ou le moment que vous redoutez chaque soir.

Est-ce que la psychologie peut nous aider dans ce cas-là, ou que peut-elle nous apprendre d’utile? Malheureusement, les sciences psychologiques ne nous donnent pas de mode d’emploi pour les enfants et vous êtes très certainement la ou le plus grand expert mondial en ce qui concerne le vôtre. Néanmoins, il y a quelques constats que l’on peut garder à l’esprit qui peuvent nettement réduire le temps et l’énergie que vous allez consacrer à cette activité.

Les bébés sont des éponges à émotions, ils perçoivent les émotions de leur entourage et probablement encore plus celles de leurs parents. Lorsqu’un bébé n’arrive pas à dormir, il y a un grand nombre de raisons qui peuvent expliquer cela. Notez que je ne dis pas qu’il ne veut pas dormir car il ne s’agit pas de volonté de sa part mais qu’il n’y arrive pas. comment peut-on l’aider?

Il y a quelques « trucs » qui peuvent contribuer à faciliter l’endormissement.

  1. Évitez les activités excitantes avant le coucher:
    Que ce soit pour les enfants ou pour les bébés, les activités qui produisent une forte excitation juste avant l’heure du coucher ne sont pas recommandées. Manger juste avant de s’endormir (je ne parle pas du biberon) n’est probablement pas idéal. Il est préférable de ne pas mettre les enfants devant la télévision avant trois ans et certainement pas moins d’une heure avant le sommeil (c’est aussi valable pour les adultes) car cela semble provoquer une surexcitation du cerveau. Il y a néanmoins une excitation que je recommande avant le coucher (et mon généraliste la recommande vivement pour dégager les voies respiratoires et pour la santé en générale), une bonne séance de chatouillis et de rigolade avec bébé ou votre enfant, permet de décharger une partie de l’excitation et d’amener du plaisir et des émotions positives avant un moment qui peut parfois être vécu comme anxiogène par l’enfant.
  2. Instaurer un rituel de coucher:
    Un rituel c’est dans ce cas une succession d’action qui seront répétée successivement chaque soir pour coucher l’enfant. Cela permet de préparer votre bébé au fait qu’il va aller se coucher. Prévoyez un rituel qui joue sur tous les sens: le toucher, l’ouïe, l’odorat, la vision. Essayez aussi d’avoir un decrescendo, une diminution du rythme et des stimulations au cours du rituel.Préparez bébé en prenant votre temps, diminuez déjà un peu la lumière. Choisissez peut-être aussi ce moment pour lui appliquer une crème avec une odeur agréable. Vous pouvez déjà aussi jouer une petite musique douce qui vous calme autant que le bébé. Passez dans la chambre avec une lumière encore plus faible, n’oubliez pas la musique ou chantez lui une berceuse, faites lui des câlins, des bisous, des caresses en ralentissant progressivement le rythme (vous pouvez faire de même avec les berceuses si vous les chantez vous même)
  3. Prenez votre temps:
    Si vous être pressé(e)s, les difficultés d’endormissement vont très probablement vous contrarier et vous énerver. Vous pensez peut-être à la longue liste de tâche qu’il vous reste à faire, à votre envie d’aller vous asseoir enfin dans votre canapé pour finir votre livre, parler avec vos amis, continuer votre jeux ou regarder la télévision ou au fait qu’il y a encore les autres enfants à coucher. Quelle que soit votre contrariété, elle ne va pas vous aider. Vous avez déjà probablement remarqué que c’est dans ces moments là que le petit démon en couches-culottes est encore plus difficile à coucher. C’est normal, si vous êtes énervé, il va le ressentir et ça risque de l’inquiéter, ce qui n’aide pas, vous vous en doutez. Vous avez d’ailleurs peut-être déjà vécu ce moment ou votre compagne/compagnon prend le relais et le petit monstre se transforme en deux minutes en petit ange qui s’endort en un clin d’oeil. Vous pouvez avoir à ce moment là des pensées qui vous disent que vous ne savez pas vous y prendre, que vous avez dû faire quelque chose de travers. Il est surtout fort probable que votre remplaçant était encore bien zen et que cela ai calmé bébé, lui permettant de s’endormir. Vous pouvez donc accepter que cela peut prendre du temps, c’est votre meilleure chance que cela en prenne le moins possible. Profitez de cet instant privilégié avec votre enfant, vous ne pourrez pas le garder dans vos bras comme cela pendant de nombreuses années.
  4. Relaxez-vous:
    Ça semble évident mais on n’y pense pas souvent sur le moment. Vous pouvez être énervé ou tendu par votre longue journée et/ou, si ce n’est pas le cas, votre enfant peut l’être pour toutes sortes de bonnes raisons. Vous ne le savez peut-être pas mais quand une personnes fait des exercices de relaxations, les autres personnes dans la même pièce se détendent elles-aussi. Votre enfant n’y fait pas exception. Vous êtes à côté de lui ou il est contre vous, dans vos bras, l’oreille contre votre corps, voici une excellente occasion pour regarder ce véritable chef d’oeuvre de la nature avec tout votre amour, toute votre compassion et votre bienveillance. Inspirez profondément par le nez, bloquez la respiration 5 secondes et soufflez lentement par la bouche tout doucement. Ensuite, contrôlez votre respiration en inspirant sur 4 temps (plus ou moins une seconde par temps, à vous de trouver la fréquence qui vous convient) et en expirant sur 6 temps. Répétez cela 20 fois (pendant un peu plus de 3 minutes donc, ce n’est pas très long)

Notez que même quand vous appliquerez ces quelques petites astuces et que votre enfant s’endormira plus facilement, il pourra toujours y avoir des soirs qui seront plus difficile. Les bébés et les enfants passent par des phases de leur développement qui peuvent causer de l’angoisse, des peurs ou des douleurs physiques. Vous n’y pouvez rien, eux non plus, accepter (au sens « pleine conscience ») que c’est là, que c’est ainsi et que votre enfant à besoin un peu plus de vous ce soir là n’est pas signe de « faiblesse » de votre part ou que vous avez fait un pas de travers, c’est juste la vie. Votre amour et vos qualités de parents feront le reste.

Tant que je suis sur le suket, pour les berceuses, je suis tombé sous le charmes des compilations « dreamland » de Putumayo Kids, je ne peux que vous recommander les albums « Instrumental Dreamland » et « African Dreamland ».

Bonne nuit les petits.

Petit exercice de pleine conscience pour les enfants (dès 4 ans)

La pleine conscience souffre encore parfois de certains préjugés. On pense, à tort, qu’il faut s’asseoir et méditer 2 heures par jour pour en sentir les bienfaits. Détrompez-vous! Certaines études montrent que 20 minutes par jour suffisent à générer des changements physiologiques dans le cerveau et des changements dans nos modes de pensée.

Une autre croyance est que la pleine conscience ne peut être facilement enseignée aux enfants. Si on pense qu’il faut faire asseoir des enfants pendants 45 minutes et leur demander de méditer, je peux comprendre cet « a priori ». Cependant, la pleine conscience n’est pas que de la méditation assise, c’est avant tout une prise de conscience volontaire de nos pensées et du monde qui nous entoure.

Avec les enfants, j’utilise un exercice d’introduction qui provient du curriculum Mindful school que je répète à toutes les sessions (de 15 minutes maximum) et qui leur apprend de manière ludique à se concentrer sur le moment présent. Après quelques répétitions, cela devient même un point d’ancrage, certains diront un conditionnement, qui permet à l’enfant de facilement quitter le mode automatique et la sur-excitation pour s’ancrer pendant quelques instants, parfois salutaires, dans le moment présent et dans le calme.

Pour cet exercice j’utilise des cymbales tibétaines. Un bol chantant, un diapason ou n’importe quel instrument qui produit un son long et évanescent peut être utilisé.

La première fois, pour commencer, faites tinter la cymbale et demandez leurs ce qu’ils ont entendu. Ensuite, demandez leurs d’écouter attentivement le son de la cymbale et de lever la main quand le son s’arrête. Vous devriez observer un silence et un calme quasi instantané dès que le son se met à résonner. Une fois les mains levées, vous pouvez leur demander si cet exercice était difficile et comment ils étaient pendant cet exercice. En général, les réponses sont « Non » et « Calme » ou « Attentif » ou une variante de ces deux réponses. Félicitez-les pour leur performance. Voilà, vous avez-fait votre premier exercice de pleine conscience.

Vous pouvez le répéter fréquemment en introduction d’autres exercices ludiques. J’ai personnellement fait une expérience avec mes enfants de 3 et 5 ans qui courraient comme des fous dans la maison comme savent le faire les enfants pleins d’énergie et de vie. J’ai pris mes cymbales et fait tinter celles-ci pendants leur course poursuite. Arrêt immédiat des hostilités, silence et les deux mains qui se lèvent dès que le son s’arrête. Je les félicite et les laissent reprendre leurs jeux.

Il s’agit bien d’un conditionnement classique que l’on peut utiliser pour avoir un temps d’arrêt (plus sympa que de crier) mais surtout pour prendre conscience du moment présent, aussi bien pour eux que pour nous.

D’ailleurs, pour votre bénéfice personnel, vous pouvez toujours programmer des alertes sur votre smartphone pour faire tinter une cymbale à certaines heures pour vous rappeler de faire attention au moment présent et vous sortir de l’automatisme de la journée.

Voici un petit MP3 avec 3 tintements de vase Zen:

Et un lien pour le télécharger: http://blog.nicaise.name/wp-content/uploads/2014/01/vase_zen.wav

Belle journée.

Comment aider les enfants à s’endormir?

Tout parent peut être confronté, un jour ou l’autre, à un enfant qui peine à s’endormir. Trop excité, préoccupé voir même anxieux ou simplement la tête pleine d’idées, il ou elle n’arrive pas à trouver le sommeil.

Etablir un petit rituel de début de nuit peut grandement aider. S’il est possible qu’il ne soit pas 100% efficace dès le premier soir, il aidera déjà l’enfant à se calmer et à laisser venir le sommeil. Au fil des répétitions, l’enfant s’habituera au rituel et trouvera le calme, la sérénité et les bras de Morphée bien plus rapidement.

J’ai enregistré pour vous une petite séquence qui combine quelques exercices de pleine conscience pour enfants et un peu d’hypnose conversationnelle afin d’aider les enfants à s’endormir. Cette séquence fonctionne avec des enfants dès l’âge de 4 ou 5 ans et parfois même pour les plus jeunes s’ils imitent les plus grands.

C’est un MP3 que vous pouvez écouter sur votre iPhone, MP3 player ou graver sur un CD.

Bonne nuit :o)

sleeping ritual

Méditation à l’école

Une étude sur 915 enfants d’Oakland semble indiquer que 4 heures d’apprentissage de la méditation de la pleine conscience (au total, soit 8 x 1/2h) permet d’augmenter significativement la capacité des enfants à se calmer par eux-même mais aussi à se comporter correctement (répondre aux attentes sociales) et à faire attention aux autres. Même si l’étude comporte quelques faiblesses méthodologiques et qu’il en faudrait plusieurs autres, elle semble confirmer ce que d’autres études et ce que l’expérience de nombreux méditants à travers le monde nous rapporte: Une pratique même réduite de la méditation peu améliorer la qualité de vie de chacun, y compris les enfants. On peut aussi supposer un effet systémique sachant que dans la plupart des études sur la méditation des enfants, les parents ou les enseignants pratiquent eux-aussi.
Donc, ça ne coûte pas grand chose (pas besoin d’acheter un iPad aux enfants), ça ne prend pas beaucoup de temps (1/2h par semaine), ça peut rapporter gros. Bien sûr ce n’est pas une panacée et cette opportunité ne devrait être offerte aux enfants et aux professeurs que sur base volontaire. Cela permettrais aux réticents ou aux sceptiques (qui ont bien raison de l’être, tant qu’il restent ouvert) de constater les bienfaits sur leurs congénères pratiquants.

http://www.mindfulschools.org/about-mindfulness/research/

Sexualité et enfance, du normal à l’abus

La sexualité se développe chez les enfants de manière très précoce. La masturbation chez les bébés, aussi bien garçon que fille, est un phénomène courant et tout à fait normal. Néanmoins, quand ils grandissent, aborder le sujet de la sexualité avec les jeunes enfants, sans les effrayer et en leur permettant de découvrir leur sexualité au rythme de leur croissance tout en les informants suffisamment que pour les prévenir des dérives et des abus n’est pas toujours une chose aisée.

Heureusement, certains guides, certains sites ou certains ouvrages peuvent vous aider dans cette tâche. Voici un florilège (qui sera mis à jour) de ressources à votre disposition:

http://www.lebaronperche.org/

Le site de l’association française « le monde à travers un regard » fournit quelques guides ainsi que des références de bandes dessinées sur le sujet et destinées aux enfants. Vous pouvez aller directement dans la section « documents à télécharger » ou « médiathèque » puis « histoires ».

Sur l’excellent site de Yapaka (http://www.yapaka.be), de la fédération wallonie-Bruxelles, la page « Parler sexe avec les enfants » (http://www.yapaka.be/content/parler-sexe-avec-les-enfants) offre deux documents, un premier se voulant un temps d’arrêt pour penser les raisons et la manière de parler aux enfants de sexualité, avec toutes les conséquences, positives et négatives que cela peut avoir. Le second est un guide pédagogique expliquant comment bien traiter de sexualité avec les enfants. Celui-ci explique déjà la sexualité enfantine aux parents et renseigne aussi des livres, des guides, des vidéos et des BD destinés aux enfants, aux parents et aux professionnels.

Dans le genre Bande Dessinée, je vous conseille aussi les ouvrages suivant (repris aussi d’ailleurs dans certaines ressources mentionnées ci-avant) :

– Un des 4 tomes de « L’encyclo de la vie sexuelle » (dont les deux premiers tomes sont en BD, pour les 4-6 ans et les 7-9 ans)



– « Le guide du zizi sexuel » de Hélène Bruller et Zep, pour les pré-adolescents:

– « Lili ne veut plus se montrer toute nue » de Dominique de Saint Mars et de Jérôme Bloch, pour les pré-adolescentes

Pleine conscience pour les enfants

Si vous voulez faire profiter vos enfants des bienfaits de la pleine conscience, le livre d’Eline Snel « Calme et attentif comme une grenouille : La méditation pour les enfants… avec leurs parents » est un outil formidable pour vous y aider. Le livre est clair, abordable et vous explique comment amener vos enfants (dès 5 ans selon Eline Snel mais j’ai esssayé avec un enfant de 3 ans et demi avec qui cela fonctionne déjà très bien) à pratiquer la pleine conscience. Un CD d’exercice avec la belle voix de conte de fée de Sara Giraudeau est joint au livre. Vous en trouverez un petit extrait, ci-dessous.


« Calme et attentif comme une grenouille : La méditation pour les enfants… avec leurs parents »
de Eline Snel
Broché: 132 pages
Editeur : ARENES EDITIONS (15 mars 2012)
Collection : PSYCHOLOGIE
Langue : Français
ISBN-10: 2352041910

[amazon asin=2352041910&text=Ce livre et CD sur amazon.fr]

 

Histoires pour enfants (dès 3 ans)

Vu qu’il n’est jamais trop tôt pour apprendre à nos enfants à être résilient et à acquérir une certaine flexibilité psychologique, voici une petite liste personnelle de livres d’histoires pour enfants (dès 3 ans) à leur raconter tendrement le soir avant de se coucher.

 

Je vous avais déjà précédemment parlé du « conte chaud et doux des chaudoudou » de Steiner (qui est aussi une belle histoire pour les adultes), j’aime aussi beaucoup les livres suivant:

 

« Marcel et Hugo » de Anthony Browne, une belle histoire sur la solitude, la différence et l’amitié.

Editeur : Kaleïdoscope (1 janvier 1990)
Collection : Kaléidoscope
Langue : Français
ISBN-10: 2877670368

[amazon asin=2877670368&text=Ce livre chez Amazon.fr]

 

 

« Frisson l’écureuil » de Mélanie Watt ou l’histoire d’un écureuil franchement peureux qui s’ouvre au monde par accident.

Comic: 28 pages
Editeur : Bayard Jeunesse (7 septembre 2006)
Collection : ALBUMS LECTURE
Langue : Français
ISBN-10: 2747021076

[amazon asin=2747021076&text=Ce livre chez Amazon.fr]

 

et pour la tendresse, qui est un merveilleux outil et un plaisir sans fin:

« Câlinou Câlinette » de Catherine Leblanc

Relié: 24 pages
Editeur : Elan vert (19 janvier 2012)
Collection : Roudoudou
Langue : Français
ISBN-10: 2844552129

[amazon asin=2844552129&text=Ce livre chez Amazon.fr]

Chaudoudoux

Le conte chaud et doux des chaudoudoux de Claude Steiner, est une métaphore thérapeutique sous forme d’un conte pour enfant. Elle est illustrée par Pef et est aussi bien destinée aux enfants qu’aux plus grand. Une belle histoire sur la peur, la jalousie, la douceur, l’amour, l’insouciance et bien d’autres choses. On y trouve un peu tout ce qu’on veut.


« Le conte chaud et doux des Chaudoudoux »
de Claude Steiner et Pef
Editeur : InterEditions (20 mai 2009)
Collection : BIEN ETRE PSY.

[amazon asin=2729610006&text=Ce livre chez Amazon.fr]

De nos parents

« Les enfants commencent par aimer leurs parents ; en grandissant ils les jugent ; parfois ils leur pardonnent.« . (Oscar Wilde, Le portrait de Dorian Gray)

Intelligence émotionnelle pour les enfants

Un petit livre et un CD avec des exercice de gestion des émotions à destination des enfants et des parents afin d’améliorer la capacité de gestion des émotions de nos enfants.


« Développer l’intelligence émotionnelle de l’enfant » de Linda Lantieri

Editeur : Editions Dangles (16 novembre 2010)
Langue : Français
[amazon asin=2703307993&text=Ce livre sur www.amazon.fr]