Steve Jobs, une vie engagée

Je revoyais récemment la vidéo du discours de Steve Jobs lors de la Commencement Ceremony de Stanford en 2005. En réécoutant son discours, je ne pu m’empêcher de faire le lien entre les trois histoires de sa vie et l’ACT. En effet, dans sa première histoire, il nous raconte comment il décida d’arrêter l’Université parce qu’il ne voyait pas le sens que cela pouvait avoir. Il suivi uniquement les cours qui l’intéressaient, qui correspondaient à ses valeurs d’une certaine façon. Même si tout cela n’avait pas encore une utilité, une finalité, ça lui a servi plus tard. Il a pu faire des liens (« connecting the dots ») par après. Aucune expérience n’est donc réellement un temps perdu (on ne peut pas perdre du temps, on peut juste penser qu’il fut mal employé) mais cette expérience prendra probablement du sens plus tard.

Dans sa seconde histoire, il explique comment le fait de perdre ce qu’il avait construit lui avait permis de reconstruire et de faire encore mieux, de s’ouvrir vers de nouvelles choses. La légèreté d’être un débutant c’était probablement pour lui l’absence d’attente, de peur de l’échec, le « lâché prise ». Il aimait ce qu’il faisait. Ça le rapprochait de ce qui était important pour lui. Il allait toujours dans la direction qui lui plaisait. C’est d’ailleurs ce qui ressort aussi de sa troisième histoire. La mort lui a appris une chose, à rester en contact avec ses valeurs. Si vous vous levez chaque matin et que vous ne feriez pas ce que vous allez faire si vous alliez mourir demain deux jours de suite, changez quelque chose, nous dit-il. Lorsque l’on est près de la mort, il semble que l’on se rapproche de ce qui a le plus d’importance pour nous. On tergiverse moins. Comme si la proximité de la mort nous retirait une pression, une peur. Nous allons tous mourir, un jour, demain peut-être. Que feriez-vous aujourd’hui si vous alliez mourir demain? Qu’est-ce qui est vraiment important pour vous?

Que l’on aime le personnage ou pas, il est indéniable que Steve Jobs était un orateur hors du commun, quelqu’un qui savait communiquer et convaincre mais aussi une personnalité qui s’était réalisée, qui s’était accomplie. Ecouter son discours ou le lire pourra certainement vous inspirer, il me semble que chacun peut y trouver une partie qui lui parle.

 

Le texte de son discours en Anglais sur le site de l’université de Stanford

La vidéo originale, en Anglais uniquement, publiée par l’Université de Stanford, incluant l’introduction de son Président, retraçant une partie de l’histoire de Steve Jobs.