Psychothérapies et dérives sectaires

Ce mercredi 10 avril, la commission d’enquête du sénat français sur les dérives sectaires dans le domaine de la santé a remis son rapport. Comme dans les rapports du Miviludes (Mission Interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires – http://www.miviludes.gouv.fr/), le rapport rappelle le lien étroit entre les sectes et les pratiques thérapeutiques. Chaque secte propose d’une façon ou d’une autre une approche nouvelle de la santé, physique et/ou mentale. Sans s’attarder sur l’analyse des pratiques sectaires, épinglons les réserves (et parfois, c’est bien plus que cela) émisent par la commission au sujet de certaines pratiques telles que l’iridiologie, la kinésiologie spécialisée, la dianétique (fleuron de l’église de scientologie), l’ondobiologie, la biochirurgie immatérielle, la drainolymphologie, le décodage biologique,la biorésonnace, la Reconnexion (R) (notez le trademark), la naturopathie, comme la phytothérapie, l’aromathérapie et les fleurs de Bach ou le Reiki. La liste est malheureusement encore longue. Le rapport est édifiant et mérite d’être lu.

Vous trouverez le rapport du sénat au format PDF à l’adresse http://www.senat.fr/rap/r12-480-1/r12-480-11.pdf
Celui de la Miviludes est disponible sur leur site http://www.miviludes.gouv.fr/sites/default/files/publications/francais/guide_sante_complet.pdf

Publié par Emmanuel Nicaise

Emmanuel Nicaise est psychologue, diplômé de l'Université Libre de Bruxelles (Master en Psychologie Clinique) et Psychothérapeute. Il possède aussi un graduat en informatique et diverses certifications liées à la gestion des risques. Il travaille en privé et comme consultant auprès de grandes entreprises et d'organismes publics.