L’homme, machine à regret… et son antidote

Sur son excellent blog « Nous et les autres », Olivier Klein nous gratifie à nouveau d’un  article sur notre tendance à générer des regrets (ou des remords) suite à de « mauvais » choix (du moins, ceux que nous considérons comme tel). Il y montre la différence entre les regrets conséquents à une action (commission) ou ceux résultant d’une inaction (omission) par rapport à nos habitudes. Il semblerait que nous ayons une tendance à mieux rationaliser ou oublier les regrets résultant d’une action (hors de notre normale) que les autres.  La moralité (je simplifie mais je vous recommande vivement de lire son article en suivant le lien ci-dessous) est donc qu’il vaut mieux agir que d’hésiter et ne rien faire quand on en a eu envie, ça nous poursuivra moins longtemps (et en plus, 100% des gagnants ont tenté leur chance).

http://nous-et-les-autres.blogspot.be/2013/06/non-rien-de-rien.html#more

et j’en profite pour vous recommander aussi le blog tenu par les étudiants de son cours de cognition sociale, il y a quelques articles très bien documentés et fort bien écrit: http://cognitionsocialeulb.wordpress.com/

Bonne lecture.