Comment vont les Belges?

La mutualité socialiste Solidaris a publié la première partie de son Baromètre sur la « santé mentale » des Belges en Juin 2012 (Solidaris – Le thermomètre des Belges – Juin 2012). L’étude conduite par téléphone début 2012 s’est concentrée sur les belges francophones. Comme pour toute étude de ce type, la représentativité des résultats peut être discuté mais la marge d’erreur annoncée semble réaliste et les chiffres sont suffisamment significatifs que pour être pris en compte. Je ne vous ferai pas la revue de l’ensemble des résultats mais certains m’ont marqués. En premier, subjectivement, 10% de la population se sent dépressif ou angoissé la grande majorité du temps. 52% de la population ne ressent l’un de ces états que rarement ou jamais. Ce qui laisse donc 48% de la population qui ressent de l’anxiété ou un état dépressif (subjectivement) de temps en temps ou fréquemment.

Testé par téléphone à l’aide d’un test standardisé (PHQ-9), 50% des répondants n’étaient pas dans un état dépressif, 34% en dépression légère, 11% en dépression modérée et 5% en dépression sévère ou modérément sévère. Les belges semblent donc assez bon à juger de leur état de santé mentale (du moins en ce qui concerne la dépression). Ce qui est plus inquiétant, c’est que 12% de la population interrogée déclare avoir déjà pensé à se suicider (14% des femmes et 15% des parents célibataires, les familles mono-parentales). 8% déclare même avoir déjà fais une tentative de suicide (jusqu’à 18% chez les demandeurs d’emploi et dans les familles mono-parentales, chiffre étonnant chez ces derniers vu qu’ils ne sont que 15% à déclarer avoir eu des idées de suicide).

Plus alarmant pour les psys, lorsque l’on suggère aux personnes en difficulté des démarches possibles lorsqu’ils se sentent mal, la majorité (67%) pensent qu’aller voir un médecin généraliste est une bonne idée (en effet) mais seulement 41% pensent la même chose du psychologue (et encore moins s’il s’agit d’un psychiatre – 26%, d’un psychanalyste – 25% ou d’un psychothérapeute non psychologue ou psychiatre).

Même si le psychologue est le spécialiste de la santé mentale le plus fréquemment consulté (43%), les répondants en besoin d’aide psychologique ont souvent des difficultés à savoir à qui s’adresser et 67% ne savent pas exactement quelle est la différence entre un psychologue, un psychiatre et un psychothérapeute. Parmi les raisons évoquées pour expliquer la difficulté ou la réticence à s’adresser à un « psy », ne pas savoir à qui s’adresser est cité dans 88% des cas, à quelle type de personne s’adresser dans 76% des cas et dans 62% des cas, la personne mentionne que « ce sont tous des charlatans ». Notre profession, malgré les nombreuses preuves scientifiques de l’efficacité des psychothérapies et le sérieux de nombreux collègues, souffre donc d’un problème sévère d’image qui, de plus, rend l’accès à une assistance de qualité plus difficile pour une grande partie de la population dans le besoin d’aide.

Pour ceux qui ne savent pas faire la différence entre psychologues, psychiatres et psychothérapeutes, je vous réfère aux pages de mon site qui donnent une rapide explication sur le sujet, afin de pouvoir vous y retrouver un peu plus; Cliquez ici

Les psychologues ont donc clairement un devoir d’éducation, de communication,  d’explication, de transparence. J’espère que ce blog et mon site y contribuent un tant soit peu. Si vous êtes perdu malgré tout, la fonction presque première du psychologue est probablement l’orientation. N’hésitez pas à en contacter un. Ne fut-ce que par téléphone ou par email, un psychologue doit pouvoir répondre à vos questions  Si vous n’avez pas confiance, n’hésitez pas non plus à contacter votre médecin traitant. Si par hasard il n’est pas très versé dans les questions de santé mentale (les généralistes ne peuvent pas tout connaître en profondeur), il peut très probablement vous renseigner un psychologue en qui il a confiance.