La résilience chez le jeune à haut-potentiel…

tel est le tire de la conférence qui sera donnée ce samedi 4 octobre 2014 à 19h sur le campus de l’UCL par le Dr Olivier Révol, pédopsychiatre au CHU de Lyon, auteur de quelques ouvrages sur les enfants à haut-potentiel (et pas uniquement) dont le très bon « Même pas grave! L’échec scolaire ça ce soigne ». La conférence est donnée dans le cadre de la rentrée académique de EHP-Belgique (www.ehpbelgique.org)

Pour avoir assisté à quelques interventions d’Olivier Révol par le passé, j’apprécie, en dehors de la justesse de son discours, sa modération et les nuances qu’il apporte dans ses propos sur le haut-potentiel. Son humour et ses petites anecdotes viennent de plus rendre ces moments encore plus agréable. Une très bonne référence donc pour ne pas tomber dans les stéréotypes et le négativisme qui entourent parfois (souvent?) le haut-potentiel.

 

Affiche EHP Belgique

Les zèbres, une nouvelle cible marketing

Je lisais récemment un avis sur la publication d’un nouveau livre sur les personnes à Haut Potentiel Intellectuel, que l’on appelle parfois HP ou parfois les zèbres. Bien que dans son livre « Les surdoués ordinaires »,  Nicolas Gauvrit prend, semble t’il (je ne l’ai pas encore lu), une approche résolument scientifique et démystifie les stéréotypes et les péjugés (pour ne pas dire les fantasmes) sur les HP, ce qui est bien nécessaire, je me suis demandé pourquoi encore un livre sur le sujet. Pas tant le sien, qui est probablement bien plus recommendable que de nombreux ouvrages de « vulgarisation » sur le sujet qui racontent un peu tout et n’importe quoi, transformant l’expérience personnelle de X en une vérité quasi scientifique.

Ce qui m’étonne finalement c’est que ces derniers temps, je vois un grand nombre de « produits » destinés aux zèbres. Conférences en tout genre sur le bien-être des HP, séances de thérapies de groupes, groupes de paroles, livres en tout genre, sur l’enfant HP, l’ado HP, l’étudiant HP, le professeur d’étudiant HP ou encore l’adulte HP. On me colle même parfois l’étiquette de psychologue ou psychothérapeute pour EHP alors que je ne fais clairement pas que cela et je vois de plus en plus souvent le « label » HP apparaître dans la liste des spécialité de certain(e)s collègues. Ne parlons même pas des gourous en tout genre qui reconnaissent un HP en 30 secondes et qui leur propose de rejoindre la communauté des génies incompris. En termes de marketing, le zèbre est devenu un groupe cible. A quand la certification « HP compatible »?

En quoi est-ce un problème, me direz-vous? En dehors du fait que certains augmentent clairement leur tarif pour les activités HP (ben oui, s’adresser au 2,2% de la population qui compose le haut du panier , ce n’est pas donné à tout le monde, ça mérite bien une compensation financière… ou pas), c’est surtout que ça donne une sorte de légitimité à une catégorisation qui n’a pas lieu d’être.

Déjà, si l’on demande une définition de l’intelligence aux 20 chercheurs les plus impliqués dans le domaine, on obtiendra probalement 20 définitions assez différente (je crois me souvenir qu’un journaliste a fait le test mais je ne retrouve pas l’article).

De plus, les outils psychométriques ne font pas ce qu’ils prétendent faire. On ne mesure pas l’intelligence. On peut mesurer une distance, une masse mais l’intelligence est un concept mal défini. On ne mesure que la performance a des tests impliquant des tâches (et donc, théoriquement des fonctions cognitives différentes). Ce sont donc des estimations de performances cognitives sur des échelles arbitraires. Ca vaut donc ce que ça vaut (une mesure de performance a des tâches qui impliquent des fonctions cognitives, cérébrales, particulières, du moins, sur base de ce que l’on en sait pour le moment mais qui ne représente pas l’intelligence de son ensemble, loin de là). De plus, ces mesures sont fortement influencées par l’entrainement, la concentration, l’état de fatique, l’envie de répondre, le stress, etc.

Bien sûr, les psychologues qui font de la recherche sur le sujets connaissent toutes ces limitations (enfin, ceux que j’ai rencontré). Elles sont d’ailleurs assez clairement explicité dans les manuels de passation des tests tels que le WAIS et le WISC.

Un psychologue qui connaît un peu le sujet ne donnera normalement pas une valeur mais un intervalle (qui couvre entre 10 et 15 points) tant les tests sont imprécis. De plus, on ne donne un QI global que si il est pertinent, c’est a dire qu’il y a une homogénéité des résultats dans les sous-tests (ce qui n’est pas souvent le cas).

Ensuite, on sait qu’on ne tient pas compte de toutes les dimensions possible de l’intelligence. Les dimensions musicales, créatives, psychomotrices et autres ne sont généralement pas évaluées. C’est principalement l’intelligence verbale et logico-mathématique qui est évaluée (et sur-représentée) tout en sachant que les tests, bien qu’étalonnés par pays et cultures, n’en son pas moins biaisés. Ca aussi, c’est un phénomène connu.

Notons aussi que le QI n’est pas une échelle vu que, de nos jours (pas comme à l’époque des tests de Binet), il représente le résultat relatif d’une personne par rapport à une moyenne normalisée (centrée sur 100, écrat-type de 15), que l’on appelle une Gaussienne. Donc, il peut y avoir plus de différences, en termes de performances cognitives, entre une personne obtenant 153 et une autre 155 qu’entre une personne obtenant 90 et une autre 110 à une des échelles.

Comme le suggère le modèle de Gagné, qui modélise la différence entre douance et talent, le tout n’est pas d’avoir de bonne capacités cognitives (un bon processeur), encore faut-il vouloir l’utiliser, la développer et la nourrir. Raisons pour laquelle en Belgique on préfère le terme de Haut-Potentiel à celui d’intellectuellement précoce (signifiant qu’il y a un moment ou la différence n’est plus perceptible) ou de Douance (car pour être doué, il faut utiliser ses fonctions).

A titre indicatif, déjà en 1920, Terman avait fait une étude sur le lien (ou plutôt son absence) entre le QI (tel qu’il était mesuré à l’époque) et la réussite sociale ou professionnelle (entre autre en utilisant le QI de prix Nobel).

Tout ceci pour dire que la notion de QI et surtout les tests psychométrique sans lesquels elle n’existerait pas, sont des outils destinés à des professionnels et dont la vulgarisation des résultats n’amène, visiblement, que des stéréotypes, des prédictions auto-réalisantes (dont des négatives), des étiquettes (qui enferment les personnes dans le un rôle qui correspond trop souvent au stéréotype) et pleins de fantasmes mais peu de vraies solutions pour les personnes évaluées.

Il me semble donc plus prudent de laisser ces chiffres et ces notions aux professionnels. Jusqu’à présent, personne n’annonce son score à une échelle de dépression de Beck aux autres, pourquoi le fait-on avec une échelle de Weschler? En général, personne n’essaie d’expliquer une inadaptation à l’école en fonction du taux de Cortisol dans le sang ou d’un niveau de testostérone. Personne ne vient vous dire « vous avez 300 nmol/L de cortisol dans le sang », ça explique que vous ayez du mal à écouter à l’école. Pourtant, on le fait avec le résultat de tests de QI dont ce n’est clairement pas la fonction et qui sont probablement bien moins pertinent comme explication que ne pourrais l’être la mesure du cortisol justement.

Faire passer un WISC (un test de QI pour enfant) n’est pas quelquechose d’anodin que l’on peut faire devant un écran de PC ni pour le plaisir. Personnellement, je ne fais pas de test avec qui que ce soit s’il n’y a pas une raison valable, c’est à dire que les résultats du tests me donneront un éclairage pertinent sur les difficultés que rencontrent mon patient et pourront guider sa prise en charge (ce qui, dans le cadre des tests de « QI », concerne généralement des problèmes d’apprentissages, des dys-quelque chose).

Quand j’ai des patients qui me disent que leur enfant a une phobie scolaire ou un problème d’attention ou encore de discipline, ce n’est pas dans un rapport de WISC (surtout si la personne faisant l’évaluation ne prend pas la peine de donner le contexte de l’examen ni comment il s’est déroulé en termes comportementaux et psychosociaux) que je vais trouver un indice.

Par contre, savoir que des enfants de 6 ans peuvent avoir une compréhension du monde qui dépasse celle de certains adultes mais qu’ils sont probablement bien moins capable de gérer l’impact émotionnel que cette compréhension implique, ça c’est utile. Savoir qu’un enfant peut avoir une perception des risques et des événement qui est bien plus fine que celle de certains adultes, ça permet de ne pas les catégoriser (catégoriser étant déjà une bétise en soit) l’enfant dans les psychotiques ou les paranoïaques (c’est du vécu!).

Travailler en utilisant l’étiquette « HP » ou « Zèbre » est, il me semble, une erreur, car l’étiquette devient l’arbre qui cache la forêt. Chaque individu est différent et le fait qu’une personne possède des capacités intellectuelles supérieures à la moyenne (ce qui n’est pas une maladie, rappelons-le, raison pour laquelle on ne parle normalement pas de « diagnostiquer » des HP) n’explique pas à lui tout seul les éventuels problèmes affectifs, sociaux, méta-physiques ou autres. C’est un fait non-négligeable mais non-suffisant. D’ailleurs, cela n’aurait pas de sens face aux grand nombre de personnes « HP » qui vont aussi bien que le reste de la population (voir même mieux, statistiquement).

Et voilà un article de plus dans la section « Haut-Potentiel » de ce blog :o) (et oui, il semblerait qu’il y ai une demande pour la section)

 

« Hackers », histoire d’enfants à hauts-potentiels?

Je viens de découvrir le manifeste du Hacker (« The Hacker Manifesto »), un petit texte écrit par Loyd Blankenship, un des premiers Hacker célèbre, juste après qu’il fut arrêté en 1986. Ce texte fut publié dans Phrack, un magazine électronique de et pour les Hackers et est depuis considéré comme la ligne de conduite à suivre pour certains Hacker qui se reconnaissent dans ce texte.

A la lecture de celui-ci, je ne peux m’empêcher d’y voir l’histoire et le discours d’enfants à hauts-potentiels. Voici une traduction française fournie par Abraxasz sur le Site du Zéro:

Un autre s’est fait avoir aujourd’hui, ils en parlent dans tous les journaux. « Arrestation d’un adolescent dans une affaire de Cyber Criminalité », « Hacker arrêté pour fraude bancaire ».

Saleté de gosses. Tous les mêmes.

Mais avez vous au moins essayé de laisser de côté vos psychologie coincée et vos technocervelle des années 50, et de regarder le monde à travers les yeux d’un hacker? Vous êtes-vous déjà demandé ce qui le motivait, quelles étaient les forces qui l’avaient forgé, ce qui l’avait façonné?

Je suis un Hacker, entrez dans mon monde.

Mon monde commence à l’école… Je suis plus intelligent que la plupart des autres gamins, ces conneries qu’ils nous enseignent m’ennuient profondément.

Saleté de sous-doués. Tous les mêmes.

Je suis au collège ou au lycée. C’est la quinzième fois que le prof explique comment réduire une fraction. Ça fait un moment que j’ai compris. « Non, Mme Smith, je n’ai pas détaillé le raisonnement, je l’ai fait de tête… »

Saleté de gosse. Il a probablement copié. Tous les mêmes.

J’ai fait une découverte aujourd’hui. J’ai trouvé un ordinateur. Attend, mais c’est cool ce truc. Il fait exactement ce que je lui demande de faire. S’il fait une erreur, c’est parce que j’ai merdé. Pas parce qu’il ne m’aime pas… Pas parce qu’il a peur de moi… Pas parce qu’il pense que je suis un petit malin… Ni parce qu’il n’aime pas enseigner et qu’il devrait changer de métier…

Saleté de gosse. Il ne pense qu’à s’amuser. Tous les mêmes.

Et puis c’est arrivé… une porte c’est ouverte sur un monde nouveau… J’envoie un signal … il traverse les lignes téléphoniques comme de l’héroine dans les veine d’un drogué… je cherche un refuge contre la médiocrité de ce monde… et puis je trouve une planche de salut. « Ça y est… j’ai trouvé ma place… » Ici, je connais tout le monde… même si je ne les ai jamais rencontré, ne leur ai jamais parlé, et n’entendrai peut-être jamais plus parler d’eux… Je vous connais tous.

Saleté de gosse. Encore en train de préparer un mauvais coup. Tous les mêmes…

Évidemment qu’on est tous les mêmes, abruti… à l’école, vous nous donniez le biberon alors que nous vous réclamions de la chair… les rares bouts de viande que vous avez daigné nous donner étaient prémachés et fades. Nous avons été tour à tour dominés par des sadiques, ou ignorés par des mollassons. Les rares personnes qui avaient réellement quelque chose à enseigner on tous trouvé en nous des élèves motivés, mais ce sont comme des gouttes d’eau dans le désert.

A présent, ce monde est le notre… le monde de l’électron et du switch, la beauté du Baud. Nous utilisons sans payer un service qui devrait valoir que dalle s’il n’était contrôlé par des compagnies avares de profits, et vous nous traitez de criminels… Nous explorons… et vous nous traitez de criminels. Nous recherchons la connaissance… et vous nous traitez de criminels. Nous existons sans distinction de couleur de peau, sans nationalité, sans dogmatisme religieux… et vous nous traitez de criminels. Vous construisez des bombes atomiques, vous financez des guerres, vous assassinez, vous trichez, vous nous mentez et essayez de nous faire croire que c’est pour notre bien, mais c’est nous les criminels…

Oui, je suis un criminel. Mon crime c’est d’être curieux. Mon crime c’est de juger les gens d’après ce qu’ils disent et pensent, au lieu de m’arrêter aux apparences. Mon crime c’est d’être plus intelligent que vous, et ça, vous ne me le pardonnerez jamais.

Je suis un Hacker, et ceci est mon manifeste. Vous pouvez attraper l’un d’entre nous, mais vous ne ne pourrez jamais tous nous arrêter… après tout, nous sommes tous les mêmes.

Peut-être que certains se reconnaîtrons eux-aussi dans ce texte (sans pour autant être ou vouloir devenir un pirate informatique) ou peut-être d’autres comprendront mieux une connaissance, un ami.

Les Hackers, des zèbres comme les autres?

Syndrome d’Asperger et Haut-Potentiel intellectuel

Le syndrome d’Asperger est une forme d’autisme léger (probablement d’origine neurologique) mais qui permet une scolarisation et une intégration dans la société.

Le DSMIV-TR (il faut bien l’utiliser de temps en temps) range ce syndrome dans la catégorie des troubles envahissants du développement. Il est caractérisé selon le DSM, et je cite, par « une altération sévère et prolongée de l’interaction sociale (critère A) et le développement de modes de comportements, d’activités et d’intérêts restreints, répétitifs et stéréotypés (critère B) […] La perturbation doit entraîner une altération cliniquement significative dans le fonctionnement social, professionnel ou d’autres domaines importants (Critère C) […] La perturbation de la réciprocité dans l’interaction sociale est globale et prolongée« . Il y a quelques pages d’explications et d’aide au diagnostic différentiel qui complètent cette définition du DSM dont je vous fait grâce.

Contrairement aux troubles autistiques, il n’y a pas de retard mental ou du langage lié au syndrome d’Asperger. Le syndrome est connu depuis peu (fin du 20e siècle) et semble souvent non (ou mal) diagnostiqué. Les personnes répondant aux critères du syndrome présentent généralement un QI plus élevé que la moyenne. Le pronostic scolaire est généralement bon et ces personnes se retrouvent fréquemment dans des emplois à hautes qualifications techniques (ingénieurs, informaticiens, etc.).

Pour être plus pragmatique, on peut retrouver les comportements observables suivants chez les personnes atteintes de ce syndrome:

  • Difficultés liées aux changements environnementaux, de rituel, de consignes;
  • Centres d’intérêts restreints;
  • importance des rituels;
  • Manque d’habilité motrice (ils sont « gauche »);
  • Intellectualisation, Verbalisation à outrance;
  • Déficit dans l’expression des émotions;
  • Code sociaux souvent inadéquats;

En soit, certains de ces critères peuvent correspondrent à ceux que l’on peut retrouver chez certains enfants HP. La question que l’on peut se poser est: est-ce que ces critères sont liés au haut-potentiel ou à un syndrome d’Asperger? D’ailleurs, on pourrait même d’abord se poser la question de l’intérêt de répondre à cette première question. Cepdendant, vu les origines neurologiques probables de ce syndrome, certains traitements qui ne sont pas envisagés généralement avec l’identification du haut-potentiel pourraient se révéler plus efficaces.

Autre raison d’en tenir compte, comme le suggère Beverly Horn dans son article paru dans Gifted Education International, les adaptations scolaires que l’on propose généralement aux enfants HP ne semblent pas adéquate pour les enfants atteint d’un syndrome d’Asperger, HP ou non.

Comme quoi, il n’est jamais inutile de répéter qu’il ne faut jamais généraliser, encore plus ai-je envie de dire, lorsque l’on parle de haut-potentiel.

Réduire les enfants à une identité de surdoué génère des effets catastrophiques

« Réduire les enfants à une identité de surdoué génère des effets catastrophiques ». C’est le titre d’une interview du Pr Sylvie Tordjman, responsable Centre National (Français) d’Aide aux enfants et ado­les­cents à Haut Potentiel (CNAHP), qui nous rappelle l’impact d’une étiquette, pourquoi on parle de Haut-Potentiel et plus de surdoués ou d’enfant précoce, qui glisse un petit mot sur l’incomplétude des test de QI pour l’évaluation du haut-potentiel, et qui finit par l’importance de la relation entre l’enseignant et l’enfant.

L’article est lisible sur VousNousIls.fr: Cliquez-ici

J’en profite pour vous rappeler le très bon livre qu’elle a dirigé en 2010, paru au Presses Universitaires de Rennes:

« Aider les enfants à haut-potentiel en difficulté »
Editeur : PU Rennes (19 août 2010)
Collection : Essais
ISBN: 2753511705
[amazon asin=2753511705&text=Ce livre sur amazon.fr]

13ème conférence internationale de l’European Council for High-Abilities studies

Le conseil européen pour les études sur les hautes aptitudes (ECHA) organisera du 12 au 15 septembre 2012 à Munster en Allemagne sa 13ème conférence internationale. Le thème de cette année sera « la douance tout au long de la vie » (ma traduction de « giftedness across the lifespan »). Plus d’information et inscriptions sur le site: http://www.echa2012.info/

Tous des génies

« Tout le monde est un génie. Mais si vous jugez un poisson sur ses capacités à grimper à un arbre, il passera sa vie à croire qu’il est stupide » (Albert Einstein)

Provenant d’un personnage symbolisant le génie humain, cette citation semble plus acceptable que si elle venait du « commun des mortels ». Néanmoins, il ne me semble pas que cette pensée soit partagée par un grand nombre de personnes, y compris dans la communauté scientifique. Elle est acceptée fort souvent, et le modèle des intelligence multiple de Gardner y a probablement fortement contribué, mais elle ne me semble pas intégrée tant il est encore fréquent d’entendre cité des exemples de hauts-potentiels intellectuels comme représentants ou images prototypiques de la douance. Pourtant, on peut difficilement contester le génie (et j’emploie volontairement le terme à la place des termes « hauts-potentiels », vu qu’il me semble que le potentiel est pleinement réalisé) de personnages tels Mozart, Magritte, Picasso, Pietragalla, Rodin ou Desproges. Il est vrai que ces formes d’expressions de l’intelligence sont complexes, subjectives et difficiles à quantifier. N’oublions pas qu’actuellement, la notion de haut-potentiel se base principalement sur une notion statistique considérant les personnes d’une population qui sont les plus performant dans certains domaines, et généralement, les 2,2% qui se situent au-delà de deux écart-type par rapport à la moyenne sur une courbe gaussienne.

Dès lors, il me semble difficile de classer des prestations artistiques ou humoristiques et d’identifier les hauts-potentiels dans ces domaines. Ça semble possible pour l’intelligence musicale, plus difficile pour le visuo-spatial (bien qu’il y a des tests existants) et franchement complexe pour l’humour, l’expression corporelle ou les arts plastiques. Si on glisse vers les performances sportives, la notion de haut-potentiel devient encore plus difficile à objectiver. Pourtant, ils sont nombreux dans le monde à voir du génie dans les performances de Bubka, Beckham, Pelé, Clijsters, Valera, Tissier, Popov et autres. D’ailleurs, ces sportifs et/ou combattants utilisent des capacités intellectuelles qui sont mesurables individuellement mais qui ne s’expriment à leur paroxysme que lorsqu’elles sont combinées à leur créativité, leur psychomotricité voire encore d’autres « potentialité ». Bien sûr, comme le modèle de la douance et du talent de Françoys Gagné le souligne, le don n’est pas suffisant, il faut qu’il puisse se développer dans un cadre propice et avec le travail ou l’entrainement nécessaire. Tous les êtres doués ne seront pas talentueux, comme semble l’indiquer une des études réalisée par Lewis Terman, l’inventeur du QI (qui était encore à l’époque le résultat du rapport entre l’âge mental et l’âge réel de la personne, tout un programme), dans le courant des années 1920.

Si l’on veut pousser la réflexion vers l’absurde, on peut se demander ce qu’il en serait si nous devions considérer la performance à certains jeux vidéo, au poker, à la construction de châteaux de sable, de maquettes en allumettes ou je ne sais encore quoi d’autre comme critères de mesure d’un potentiel? Bien sûr nous retrouverions une série de processus cognitif qui sont de mieux en mieux isolés par les neuro-cognitivistes et nous retrouverions probablement des capacités élevées dans d’autres domaines, les potentiels dans les différentes formes d’intelligence étant sous-tendus par un facteur commun (appelé facteur G) qui semble être plus ou moins présent (important) selon les processus cognitifs impliqués. On peut quantifier la performance de certains processus cognitifs isolés ou en groupes et ainsi identifier les personnes qui présentent des performances supérieures hors-normes, que nous appellerons les hauts-potentiels. C’est ce que permettent, en partie du moins, des tests comme ceux proposés par Wechsler, le WAIS ou le WISC. Cependant, nous n’avons probablement pas encore identifié et/ou quantifié tous les processus cognitifs à l’œuvre dans cette magnifique machine qu’est notre cerveau. Les critères actuellement utilisés pour « identifier » les hauts-potentiels ne sont donc pas exhaustifs.

En soit, on peut d’ailleurs se demander qu’elle est la nécessité d’identifier toutes les formes de haut-potentiel. Il y a là de vraies questions d’ordre philosophique et politique. Les tests de performances intellectuelles comme les échelles de Wechsler trouvent leur utilité dans l’analyse plus ou moins fine qu’ils fournissent quant au fonctionnement intellectuel / cognitif de l’individu et donc, de là, la capacité de discerner les causes de problèmes d’apprentissage scolaire ou de fonctionnement intellectuel. En dehors de cela, l’utilisation de ces tests pour discriminer une population, voire pour la stigmatiser, me semble hautement discutable et sujet à un questionnement éthique, et ce, que ce soit pour le haut-potentiel ou pour les déficiences intellectuelles. C’est d’autant plus questionnable qu’il arrive fréquemment qu’on utilise le haut-potentiel pour expliquer certaines caractéristiques émotionnelles et sociales de ces individus. Hors, ces caractéristiques ne leurs sont pas réservées et ne sont pas systématiquement présente. La diversité des types de personnalité que l’on retrouve parmi les hauts-potentiels est probablement aussi grande que dans le reste de la population. Il est cependant vrai que certaines caractéristiques sont plus fréquentes parmi les HP que d’autres (perfectionnisme, hypersensibilité, sens aigu de la justice, etc.). Elles ne sont cependant pas systématiquement présentes, faut-il le rappeler, et une investigation de la personnalité est la seule façon d’évaluer ces caractéristiques, tout comme pour le reste de la population. Le haut-potentiel intellectuel est une caractéristique qui ne définit pas la personnalité même si elle peut l’influencer. Il est donc nécessaire de laisser les stéréotypes de côté et de considérer les personnes à haut-potentiel dans leur individualité et leurs spécificités « hors normes ».