Méditer ou jongler avec les pensées

Pour ceux qui sont intéressés par la pleine conscience et de la méditation en général, voici une vidéo de Andy Puddicombe au TEDSalon en 2012. Son explication (en anglais mais des sous-titres français sont disponible) du processus méditatif en utilisant des balles et de la jonglerie comme métaphore de la pleine conscience est intelligente, juste et percutante de simplicité. Pour ceux qui ont peut être encore quelques reticences ou des aprioris ou encore plus simplement, des questions, cette petite vidéo devrait vous éclairer.

« Hackers », histoire d’enfants à hauts-potentiels?

Je viens de découvrir le manifeste du Hacker (« The Hacker Manifesto »), un petit texte écrit par Loyd Blankenship, un des premiers Hacker célèbre, juste après qu’il fut arrêté en 1986. Ce texte fut publié dans Phrack, un magazine électronique de et pour les Hackers et est depuis considéré comme la ligne de conduite à suivre pour certains Hacker qui se reconnaissent dans ce texte.

A la lecture de celui-ci, je ne peux m’empêcher d’y voir l’histoire et le discours d’enfants à hauts-potentiels. Voici une traduction française fournie par Abraxasz sur le Site du Zéro:

Un autre s’est fait avoir aujourd’hui, ils en parlent dans tous les journaux. « Arrestation d’un adolescent dans une affaire de Cyber Criminalité », « Hacker arrêté pour fraude bancaire ».

Saleté de gosses. Tous les mêmes.

Mais avez vous au moins essayé de laisser de côté vos psychologie coincée et vos technocervelle des années 50, et de regarder le monde à travers les yeux d’un hacker? Vous êtes-vous déjà demandé ce qui le motivait, quelles étaient les forces qui l’avaient forgé, ce qui l’avait façonné?

Je suis un Hacker, entrez dans mon monde.

Mon monde commence à l’école… Je suis plus intelligent que la plupart des autres gamins, ces conneries qu’ils nous enseignent m’ennuient profondément.

Saleté de sous-doués. Tous les mêmes.

Je suis au collège ou au lycée. C’est la quinzième fois que le prof explique comment réduire une fraction. Ça fait un moment que j’ai compris. « Non, Mme Smith, je n’ai pas détaillé le raisonnement, je l’ai fait de tête… »

Saleté de gosse. Il a probablement copié. Tous les mêmes.

J’ai fait une découverte aujourd’hui. J’ai trouvé un ordinateur. Attend, mais c’est cool ce truc. Il fait exactement ce que je lui demande de faire. S’il fait une erreur, c’est parce que j’ai merdé. Pas parce qu’il ne m’aime pas… Pas parce qu’il a peur de moi… Pas parce qu’il pense que je suis un petit malin… Ni parce qu’il n’aime pas enseigner et qu’il devrait changer de métier…

Saleté de gosse. Il ne pense qu’à s’amuser. Tous les mêmes.

Et puis c’est arrivé… une porte c’est ouverte sur un monde nouveau… J’envoie un signal … il traverse les lignes téléphoniques comme de l’héroine dans les veine d’un drogué… je cherche un refuge contre la médiocrité de ce monde… et puis je trouve une planche de salut. « Ça y est… j’ai trouvé ma place… » Ici, je connais tout le monde… même si je ne les ai jamais rencontré, ne leur ai jamais parlé, et n’entendrai peut-être jamais plus parler d’eux… Je vous connais tous.

Saleté de gosse. Encore en train de préparer un mauvais coup. Tous les mêmes…

Évidemment qu’on est tous les mêmes, abruti… à l’école, vous nous donniez le biberon alors que nous vous réclamions de la chair… les rares bouts de viande que vous avez daigné nous donner étaient prémachés et fades. Nous avons été tour à tour dominés par des sadiques, ou ignorés par des mollassons. Les rares personnes qui avaient réellement quelque chose à enseigner on tous trouvé en nous des élèves motivés, mais ce sont comme des gouttes d’eau dans le désert.

A présent, ce monde est le notre… le monde de l’électron et du switch, la beauté du Baud. Nous utilisons sans payer un service qui devrait valoir que dalle s’il n’était contrôlé par des compagnies avares de profits, et vous nous traitez de criminels… Nous explorons… et vous nous traitez de criminels. Nous recherchons la connaissance… et vous nous traitez de criminels. Nous existons sans distinction de couleur de peau, sans nationalité, sans dogmatisme religieux… et vous nous traitez de criminels. Vous construisez des bombes atomiques, vous financez des guerres, vous assassinez, vous trichez, vous nous mentez et essayez de nous faire croire que c’est pour notre bien, mais c’est nous les criminels…

Oui, je suis un criminel. Mon crime c’est d’être curieux. Mon crime c’est de juger les gens d’après ce qu’ils disent et pensent, au lieu de m’arrêter aux apparences. Mon crime c’est d’être plus intelligent que vous, et ça, vous ne me le pardonnerez jamais.

Je suis un Hacker, et ceci est mon manifeste. Vous pouvez attraper l’un d’entre nous, mais vous ne ne pourrez jamais tous nous arrêter… après tout, nous sommes tous les mêmes.

Peut-être que certains se reconnaîtrons eux-aussi dans ce texte (sans pour autant être ou vouloir devenir un pirate informatique) ou peut-être d’autres comprendront mieux une connaissance, un ami.

Les Hackers, des zèbres comme les autres?